Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Cristalain
  • Le blog de Cristalain
  • : Bienvenue sur cet espace d'information que j'ai créé afin de partager les messages que je reçois en écriture intuitive de ma guidance intérieure et du monde invisible, comme des milliers de par le monde. Que chacun puisse recevoir en fonction de sa sensibilité, de son ouverture d'esprit les informations entrant en résonance avec son être profond qui est lumière, amour et conscience. Je ne prétend pas détenir la vérité, mais peut-être en percevoir une parcelle, une facette de celle-ci en tant q
  • Contact

Profil

  • Cristalain

Nbre de visites - 07/07/2007

Rechercher

crops circle

cropcircles.gifcc

Texte Libre

22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 16:20
Science sans Conscience du vivant équivaut à la ruine de l'homme et de sa société.
Sciences, manipulations et pouvoirs ont déjà été à l'origine de la chute de la civilisation Atlante.
Comprenons pouquoi l'élite irresponsable de notre Humanité endormie, doit-être stoppée par le Père/Mère
dans sa course folle au pouvoir.
Tôt ou tard les humains auraient fini par détruire la planète.
Gaïa sera purifiée de tout ce qui a été développé sans Amour ni Conscience, afin d'accueillir un nouveau cycle d'expérimentation,
un nouvel âge d'Or et deviendra une clé d'Harmonisation pour tout l'Univers.
Acceptons la volonté de la Source et élevons nos coeurs à l'unisson afin d'aider Gaïa dans son accouchement, afin de l'aider
a contrôler et limiter au mieux ces inévitables contractions, nous donnant par le fait un peu plus de temps pour nous qualifier
vers les 4 et 5D.
Cristalain.

Le projet haarp 1/3
Repost 0
Published by Cristalain - dans Informations
commenter cet article
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 14:52

Naomi Klein - la stratégie du choc et Attali : une petite pandémie permettra d’instaurer un gouvernement mondial !

 

 

La stratégie du choc - La montée d'un capitalisme du désastre - Naomi Klein - éditions Actes Sud

Qu'y-a-t-il de commun entre le coup d'état de Pinochet au Chili en 1973, le massacre de la place Tiananmen en 1989, l'effondrement de l'Union soviétique, le naufrage de l'épopée Solidarnösc en Pologne, les difficultés rencontrées par Mandela dans l'Afrique du Sud post-apartheid, les attentats du 11 septembre, la guerre en Irak, le tsunami qui dévasta les côtes du Sri-Lanka en 2004, le cyclone Katrina, l'année suivante, la pratique de la torture partout et en tous lieux - Abou Ghraib ou Guantanamo, aujourd'hui ? Tous ces moments de notre histoire récente, répond Naomi Klein, ont partie liée avec l'avènement d'un « capitalisme du désastre. » Approfondissant la réflexion entamée avec son best-seller, No Logo (Actes Sud, 2001) Naomi Klein dénonce, ici, documents à l'appui, l'existence, depuis plus d'un demi-siècle, de stratégies concertées pour assurer la prise de contrôle de la planète par les multiples tenants d'un ultralibéralisme qui a systématiquement mis à contribution crises, désastres ou attentats terroristes - et qui n'a pas hésité, du Chili de Pinochet à Guantanamo - à recourir à la torture sous diverses formes pour substituer aux acquis des civilisations et aux valeurs de démocratie la seule loi du marché et la barbarie de la spéculation. Rédigée dans une langue efficace, tonique, directe, traquant les zones d'ombre, identifiant responsables et bénéficiaires d'une marchandisation de la terreur dont les conditions peuvent, le cas échéant, se voir créées de toutes pièces, cette histoire secrète du libre marché souligne l'inquiétant avènement d'un « capitalisme du désastre ».

Attali : une petite pandémie permettra d’instaurer un gouvernement mondial ! 13 mai 2009

13 mai 2009 (Nouvelle Solidarité) – Il fallait Jacques Attali pour y penser ! Dans sa rubrique du magazine L’Express du 3 mai, l’ancien sherpa de François Mitterrand dévoile quelques fantasmes intimes du monde oligarchique. En bref : là ou le krach financier a jusqu’ici échoué, une bonne petite pandémie pourrait précipiter nos dirigeants à accepter la mise en place d’un gouvernement mondial !

« L’Histoire nous apprend que l’humanité n’évolue significativement que lorsqu’elle a vraiment peur : elle met alors d’abord en place des mécanismes de défense ; parfois intolérables (des boucs émissaires et des totalitarismes) ; parfois futiles (de la distraction) ; parfois efficaces (des thérapeutiques, écartant si nécessaire tous les principes moraux antérieurs). Puis, une fois la crise passée, elle transforme ces mécanismes pour les rendre compatibles avec la liberté individuelle et les inscrire dans une politique de santé démocratique. »

Pour Attali, « La pandémie qui commence pourrait déclencher une de ces peurs structurantes », car elle fera surgir, « mieux qu’aucun discours humanitaire ou écologique, la prise de conscience de la nécessité d’un altruisme, au moins intéressé. »

« Et, même si, comme il faut évidemment l’espérer, cette crise n’est pas très grave, il ne faudra pas oublier, comme pour la crise économique, d’en tirer les leçons, afin qu’avant la prochaine - inévitable - on mette en place des mécanismes de prévention et de contrôle, ainsi que des processus logistiques de distribution équitable des médicaments et de vaccins. On devra, pour cela, mettre en place une police mondiale, un stockage mondial et donc une fiscalité mondiale. On en viendra alors, beaucoup plus vite que ne l’aurait permis la seule raison économique, à mettre en place les bases d’un véritable gouvernement mondial. »

« C’est d’ailleurs par l’hôpital qu’a commencé en France, au xviie siècle, la mise en place d’un véritable Etat », avance-t-il pour conclure. Cependant, avec la loi Bachelot et les autres « reformes » qu’impose son « ami Nicolas », c’est précisément l’hôpital qu’on démantèle.

solidariteetprogres.org

source: solidariteetprogres.org

Diffusé par: http://www.choix-realite.org
Repost 0
Published by Cristalain - dans Informations
commenter cet article
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 13:35

A écouter jusqu'au bout même si c'est pas le style musical qui vous convient...

Informer sur le monde dans lequel on vit et proposer des solutions, tel sont les thèmes abordés dans cette chanson.

Repost 0
Published by Cristalain - dans Informations
commenter cet article
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 13:27



Le 18 mai, comme la semaine précédente, aucun grand média français n’évoque la réunion récente du Groupe de Bilderberg à Athènes. Le mutisme qui avait accompagné la dernière réunion européenne de la Comission Trilatérale, tenue à Paris, n’est donc pas le fruit du hasard. Résultat de la l’influence de Nicolas Sarkozy sur les médias, maintes fois dénoncée ? De toute évidence, pas seulement. Le même silence a été gardé par les partis dits de l’opposition, y compris très largement dans ce que l’on appelle souvent la « gauche de la gauche ». A la « transversalité » conventionnelle que comporte la participation régulière de membres du Parti Socialiste (PS) aux activités de ces deux « groupes de discussion » de l’oligarchie s’ajoute une forme de « transversalité » moins remarquée : la volonté manifeste des concurrents français du PS, de « gauche » ou de prétendue « gauche toute », de ne pas gêner un allié potentiel. Une véritable « transversalité de l’opposition », avec une « volonté de gouvernement » ou de quasi-gouvernement évidente. Mais quelle en est la facture pour les citoyens ?

Quelles sont les origines de l’actuelle campagne de privatisation accélérée des services publics, en France et dans le reste de l’Union Européenne, dans la recherche et l’éducation mais aussi dans l’ensemble des autres services ? La réponse adressée aux citoyens par des syndicats et des partis de l’opposition est souvent : « la politique de Sarkozy ». Mais Nicolas Sarkozy n’était pas au gouvernement lorsque le Traité de Maastricht a été ratifié en 1992 sous un gouvernement français de « gauche ».

De même, la stratégie de Lisbonne de mise en place d’un « grand marché de la connaissance », adoptée par l’Union Européenne en mars 2000 sous le gouvernement de Lionel Jospin, ne fut pas particulièrement l’oeuvre de la « droite ». Elle fait partie, avec le processus de Bologne, d’une stratégie de marchandisation à grande échelle de l’éducation, de la recherche scientifique et du travail intellectuel résultant d’acords passés au niveau mondial dans les années 1990 sans guère en informer les citoyens.

Sur l’ensemble du processus, dont les délocalisations font partie, l’essentiel de l’information n’est pas transmise à la grande majorité des citoyens. A fortiori, aucune véritable analyse. Et pour cause, vu la lourde responsabilité de l’ensemble du monde politique et « gestionnaire ». Mais peut-on défendre efficacement les services publics avec une telle politique de silence, que les directions syndicales et les coordinations des mouvements actuels cautionnent trop souvent ?

Combien de Français ont été vraiment informés, par les organisations politiques et syndicales, ou par des associations, sur l’existence et le contenu de l’Accord Général sur le Commerce des Services (AGCS), annexe à l’Accord de Marrakech de 1994 instituant l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) ? Combien se doutent que c’est un « socialiste » français (Pascal Lamy) qui dirige actuellement l’OMC depuis 2005 ?

Pareil en ce qui concerne un certain nombre d’instances officieuses dites de « discussion », où les grandes lignes de ces politiques sont élaborées avec les représentants de la grande finance et des multinationales.

Par exemple, combien de Français ont entendu parler de la Commission Trilatérale et savent qu’elle dispose d’un site sur la Toile ? Combien se doutent que des « socialistes » français et d’autres pays y participent, comme des politiques des mêmes partis participent aux conférences du Groupe de Bilderberg ?

Une recherche par les mots « Bilderberg » et « Trilatérale » sur les sites du Parti Communiste Français (PCF), du Parti de Gauche (PG) ou du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) donne des résultats très décevants : uniquement une référence marginale dans un article d’août 2006 sur le site du PCF. Les dirigeants de ces organisations ne savaient-ils pas que la Commission Trilatérale se réunissait à Paris en novembre 2008, alors que cette organisation affiche toujours son calendrier à l’avance ?

Et pourquoi ce silence général, alors que la Trilatérale diffuse sur son site un nombre important de rapports et d’autres documents qui méritent largement d’être analysés ?

Une large partie du matériel de la dernière réunion européenne de la Commission Trilatérale est accessible en ligne : qui en a fait état, qui a analysé ces documents ? C’est vrai que la divulgation d’une telle source aurait conduit au constat de l’appartenance de la « socialiste » Elisabeth Guigou à cette Commission.

Quant au Cercle de Bilderberg, la participation de Manuel Valls et d’Hubert Védrine à sa conférence de 2008 n’a fait l’objet d’aucun démenti. Mais personne ou presque, dans la « gauche de la gauche », ne semble vouloir en parler.

On réduit l’évolution récente de l’économie européenne et mondiale à une question de prétendu « libéralisme », comme si le libre échange et la libre entreprise existaient vraiment dans ce début de XXI Siècle. Est-ce autre chose qu’une manière devenue standard de masquer le rôle dirigeant des oligarchies financières et industrielles ? L’économie mondiale n’est pas « libérale », mais qui dénonce les réseaux d’influence et le lobbying ?

Récemment, Martine Aubry en est arrivée à prendre publiquement la défense d’un cercle de « décideurs » comme le Siècle, dont elle a été plusieurs fois vice-présidente. Personne, à la « gauche de la gauche », ne s’est empressé de la contredire ni même d’analyser ses propos. Pourtant, l’existence de clubs comme le Siècle paraît de nature à soulever la question de l’apparence d’impartialité et d’indépendance des institutions.

Et qui commente de manière critique, à l’adresse des citoyens, les activités d’un « think tank » comme Confrontations Europe, où participent des dirigeants syndicaux et des politiques influents de « gauche », à côté de politiques de « droite » tout aussi influents et de réprésentants du patronat et de la finance ?

Dans les pays anglophones ou dans le reste de l’Europe, le débat paraît un peu plus animé.

The Guardian a consacré une rubrique de Charlie Skelton à la réunion du Cercle de Bilderberg à Athènes tenue la semaine dernière. Daily Express publie un article d’Helena Smith : « VIPs at secret summit ».

Un article de Paul Joseph Watson intitulé « Bilderberg Wants Global Department of Health, Global Treasury » fait également le tour des médias. Il en est de même de l’article de Steve Watson inititulé « Bilderberg : News Balackout Continues ». Dès le 14 mai, Prison Planet n’hésitait pas à employer le titre : « Geithner To Take Orders From Global Elite at Bilderberg ».

GR Reporter évoque les manifestations devant l’hôtel de super-luxe où s’est tenue la réunion d’Athènes. D’autres articles ont été cités dans notre note du 16 mai.

Voir aussi, par exemple, la vidéo de Daniel Estulin dans Disclose.TV, ou celle de Jim Tucker avec Alex Jones.

Dans plusieurs pays européens, une liste apparemment partielle des participants à la conférence du Cercle de Bilderberg de 2009 à Athènes circule, en provenance du journal grec To Vima (Το ΒΗΜΑ, La Tribune). Il conviendra d’attendre les confirmations, démentis et renseignements complémentaires qui lui seront adressés, mais force est de constater que la même information n’avait pas circulé en France à l’occasion de la réunion de la Commission Trilatérale de novembre dernier à Paris.

La liste de To Vima cite notamment les français Xavier Bertrand, Alexandre Bompard, Thierry Montbrial, Denis Olivennes, Frédéric Oudéa, Dominique Strauss-Kahn et Jean-Claude Trichet.

Le « silence français » a donc quelque chose d’exceptionnel par son caractère extrêmement consensuel. Il met notamment en évidence l’absence de concurrence réelle entre des partis politiques qui, plutôt que de se disputer un électorat ou une base populaire, semblent se partager une sorte de clientèle.

On prétexte souvent, pour justifier les silences de partis, syndicats, associations... que « la base n’est pas prête pour comprendre ». Pareil en ce qui concerne la politique de l’Union Européenne (UE), de l’OMC, de l’OCDE... La « base » a bon dos.

Le même prétendu manque de « préparation » est imputé à la grande majorité de la population, pour justifier les silences des dirigeants et les alliances opportunistes qui étouffent l’essentiel.

Mais dans ce cas, quand parlera-t-on vraiment de la stratégie de l’oligarchie européenne et planétaire, des menaces qui pèsent sur les services publics et sur l’ensemble des acquis sociaux du XXème siècle, ou encore des moyens d’action contre ces menaces ?

Et qui est responsable du pretendu « manque de préparation » de la base ou des citoyens, si ce n’est les mêmes qui le prennent à présent pour prétexte ? On n’a pas vu passer, au cours des années récentes, des campagnes de tracts conséquentes dénonçant la stratégie de l’UE et de l’OMC.

Quant aux recommandations récentes de l’OCDE incitant à la poursuite et à l’intensification de la même politique malgré la crise économique, elles n’ont guère fait l’objet de critiques de la part des organisations politiques et syndicales françaises.

Sur le site du PCF, aucun texte ne dénonce de manière circonstaciée les textes récents de l’OCDE sur la France. Un seul mentionne cette politique : il s’agit d’un manifeste sur l’enseignement supérieur et la recherche mis en ligne le 6 mai, en début de campagne des élections européennes.

La situation est analogue sur le site du PG, où un texte consacré au G20 écrit à juste titre : « Les institutions et réunions internationales (Fmi, Banque mondiale, Omc, Ocde, Commission européenne, G7, G8, G20...) ont pendant des années été à la pointe du libéralisme », mais dans le reste du site l’OCDE est citée en tant que fournisseur de statistiques.

Dans les deux sites, les mentions récentes de l’AGCS sont très succintes en pleine période de casse des services publics français, et l’Union Européenne est présentée comme une solution potentielle aux problèmes actuels.

Sur le site du NPA, on trouve de brèves dénonciations de la politique de l’OCDE dans des communiqués récents de la Coordination Nationale des Universités (depuis le mois de mars, la Coordination a dénoncé les recommandation récentes de l’OCDE, sur proposition notamment de notre Collectif) et de la Coordination Nationale Etudiante, que le site reprend.

Mais aucune analyse propre au site du NPA ne dénonce de manière détaillée les textes récents de l’OCDE sur la France et sur les autres pays européens. De même, les mentions de l’AGCS restent très succinctes et la question de l’Union Européenne n’est pas traitée de manière claire.

En somme, on ne trouve sur ces sites guère d’analyses destinées à la grande majorité des citoyens, susceptibles d’informer vraiment et de susciter une réflexion à la hauteur de la situation actuelle. Les quelques mentions de l’OCDE, de l’OMC, de l’AGCS... paraissent bien davantage destinées à rassurer les militants.

Article d’Indépendance des Chercheurs

Source : http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2009/05/18/bilderberg-trilaterale-et-transversalite-de-gauche.html

 http://www.comite-valmy.org/spip.php?article262

Diffusé par: http://www.alterinfo.net

Repost 0
Published by Cristalain - dans Informations
commenter cet article
24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 02:01


Ghislaine Lanctôt, docteure canadienne, a écrit en 1994 un livre très intéressant sur les systèmes de santé européens et nord américains : "La Mafia Médicale". Voici quelques extraits éclairants sur le monde dans lequel nous vivons :

"700 000 Américains meurent chaque année des effets secondaires des médicaments. Le tiers des hospitalisations sont dues aux effets nocifs des médicaments aux USA."

[...]

"Ce n'est qu'au 13e siècle que l'Église accepta que la médecine fût pratiquée. Les écoles de médecine prirent naissance dans les universités. Les femmes en étaient exclues. Ainsi apparut la médecine officielle mâle. Elle était étroitement contrôlée par l'Église qui lui imposait ses dogmes."

[...]

"De 1257 à 1816, l'Inquisition tortura et brûla des millions de personnes innocentes. On les accusait d'hérésie envers les dogmes religieux et de sorcellerie. On les jugeait sans procès, en secret, sous la terreur de la torture. Si elles «avouaient», elles étaient reconnues coupables de sorcellerie. Si elles «n'avouaient pas», elles étaient quand même reconnues coupable d'hérésie. Puis on les brûlait. En trois siècles, on extermina neuf millions de «sorcières», 80 % d'entre elles étaient des femmes et des enfants"

[...]

"De 1910 à 1925, grâce aux règles établies dans le "Rapport Flexner", l'Association Médicale Américaine et l'Association des Collèges Américain de Médecine éliminèrent la grande majorité des soignants médicaux, notamment les femmes et les noirs. Au nom de la science et de la qualité de la pratique de la médecine, on exigea des écoles de médecine qu'elles adoptent les recommandations du "Rapport Flexner". C'est le régime de la terreur médicale. Elles devaient prendre le virage «scientifique», imposé par ce dernier et financé par la fondation Rockefeller, sous peine de disparition.»

[...]

"En 1977, la Déclaration d'Alma Ata donnait à l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) le moyen d'étendre le "Rapport Flexner", non plus seulement à l'Amérique du Nord, mais au monde entier. On déplaça ainsi le contrôle de la santé des mains des gouvernements nationaux vers le gouvernement mondial. On déposséda les pays de leur souveraineté, en matière médicale et on la transféra à un gouvernement mondial, non élu, dont le ministère de la santé est l'OMS. Mais qui est donc à la tête de l'OMS ? Nul autre que nos financiers mondiaux et les responsables du "Rapport Flexner" (Rockefeller et les industries pharmaceutiques). Et que signifie le droit à la santé ? Il signifie le droit à la médicalisation. C'est la porte grande ouverte à la médecine de maladie mondiale, qu'on le veuille ou non. Ainsi, on impose les vaccinations et les médicaments à toutes les populations du globe."

[...]

"Qui oserait douter des bonnes intentions de l'OMS ? Mais nous sommes-nous déjà demandés qui contrôlait l'OMS ? Là est la question et aussi la réponse : l'ONU, l'organisme des financiers mondiaux. De plus en plus subtilement, les autorités médicales et politiques nous dépossèdent de nos biens et de nos droits et nous mutilent. C'est un monopole mondial. Gare à qui s'y oppose. L'inquisition continue... et la chasse aux sorcières se poursuit au 21e siècle, mondialement."

[...]

"Chaque année, nous consacrons trois mois et demi de notre salaire uniquement pour payer notre assurance maladie. Trois mois et demi de travail pour avoir le privilège d'être malade."

[...]

"La médecine scientifique fait disparaître le symptôme et le signe, c'est-à-dire la manifestation dans le corps physique de la maladie. Elle ne guérit pas. Elle ne fait que couper la pointe de l'iceberg. Elle donne l'illusion de la guérison."

[...]

"Prenons, par exemple, le mal de tête. Le symptôme qui amène le patient à consulter est sa douleur. Si on lui donne un médicament pour le soulager, la douleur disparaîtra, mais le mal réapparaîtra dès que l'effet du médicament sera dissipé. Comme on n'a pas remédié à la cause du mal, ce dernier reviendra de plus en plus fort et de plus en plus fréquemment."

[...]

"Contrairement à la médecine allopathique qui soigne la maladie, les médecines douces soignent le malade. Elles connaissent l'importance du terrain (état de santé général) et pratiquent une médecine de renforcement des défenses. Leur but est de nettoyer et d'assainir le terrain du patient de façon à ce qu'il puisse se défendre contre tout agent nuisible."

[...]

"La soumission se traduit, en symptômes, par l'impuissance et la désespérance, deux causes reconnues comme capitales pour les cas de cancer et de suicide. La soumission nous réduit au robot, à la machine serviable, à la marchandise rentable. Elle nous enlève nos fonctions supérieures de conscience et de volonté. Soumission veut dire «mettre sous». La soumission est la grande cause de la maladie. Paradoxalement, tout notre système encourage la soumission : l'école récompense l'enfant sage et punit l'insoumis, l'université enseigne l'uniformisation et décourage la créativité, l'establishment punit sévèrement la désobéissance, on marginalise la différence. La pire forme de soumission que l'on puisse imposer à un peuple, c'est l'assistanat. Et nous sommes tous des assistés. Assurance maladie, assurance chômage, assurance vie, etc. Les autorités tiennent à nous faire croire que nous sommes incapables de nous assumer."

[...]

"La peur paralyse la conscience. Elle rend aveugle et impuissant. Or la peur augmente continuellement dans notre société avec la criminalité, les pertes d'emploi, les faillites, la récession, la maladie, les guerres, etc. La peur est le véhicule de la maladie."

[...]

"La pauvreté semble être la plus grande cause de la maladie. Malgré cela, nos gouvernements réduisent de façon drastique les subsides accordés aux services sociaux et passent des ententes économiques qui plongent nos entreprises dans le précipice de la compétition internationale, insoutenable pour la majorité."

[...]

"Si le patient paie, ce n'est pas lui qui décide, mais les assurances privées ou gouvernementales qui prennent notre argent et l'affectent à ce que bon leur semble. Dès que nous confions notre argent à un autre, nous en perdons le contrôle. Ils ont dès lors tout le loisir et tout le pouvoir de faire ce qu'ils veulent avec notre argent. Ce sont eux les acteurs du système et nous sommes devenus les spectateurs passifs et impuissants."

[...]

"Le praticien est lui aussi dépossédé de son pouvoir. Lui aussi est réduit au rôle de spectateur passif et impuissant. En effet, le médecin n'a pas accès à l'information médicale et encore moins à la pratique qui lui semble la meilleure pour son patient. Ce sont les autorités, les institutions médicales toutes-puissantes qui décident du type de médecine pratiquée."

[...]

"Le patient c'est le client. Il est l'employeur, le payeur, c'est lui qui a le pouvoir décisionnel. Les autres joueurs constituent le corps du système. On parle d'ailleurs de corps médical. [...] En fait nous réalisons qu'il en est tout autrement. Le système est renversé. C'est le patient qui est aux ordres du système de maladie. La bascule du système s'effectue par l'intermédiaire des autorités qui s'immiscent entre le client (le patient) et le corps médical. Les autorités sont un artifice destiné à répondre à des besoins créés artificiellement : sécurité et protection. Elles constituent l'outil de l'usurpation du pouvoir par l'industrie, le paravent derrière lequel l'industrie tire ses ficelles."

[...]

"Pourquoi a-t-on établit un ordre ? N'y en avait-il pas un déjà ? La nature a-t-elle besoin d'être gouvernée ? Les fleurs attendent qu'on les programme pour savoir quand éclore et quand faner ? L'ordre établi est venu supplanter l'ordre naturel. Il est acquis. Il s'impose par la force, la violence. Il établit, met en place ses hommes (les autorités) et leur donne du pouvoir sur les autres. Il fait ses propres lois et les impose par les tribunaux, la police, l'armée. Il va à l'encontre de la nature et de la loi naturelle et donc doit utiliser la force pour y parvenir. C'est la guerre et la maladie."

[...]

"L'establishment n'est pas que médical. Il existe dans tous les systèmes : politique, financier, religieux, universitaire, médiatique, agro-alimentaire, éducatif, artistique, sportif, etc. Tous ces establishments sont identiques et permettent à des privilégiés de se regrouper pour maintenir leurs privilèges. Ces privilégiés se tiennent les coudes pour nous exploiter, nous, la masse des non privilégiés. Toutes ces autorités, de quelques domaines que ce soit, sont amies, même si elles se querellent parfois. Elles s'entraident les unes les autres pour nous dominer et nous exploiter. C'est l'alliance des pouvoirs."

[...]

"La composition de la mafia médicale : le père c'est le parrain, c'est l'industrie. C'est le pourvoyeur et le décideur. Le gouvernement c'est la mère, elle est responsable de la maison. Elle établit les règlements et s'assure que les devoirs sont faits. Tout le monde la prend pour une sainte, alors qu'elle obéit au parrain et sert ses intérêts. Ils ont des enfants : le comptable qui perçoit l'argent et le dirige vers le parrain. Le juge : il maintient l'autorité et les privilèges du parrain. Le syndicat : il assure la soumission des employés au parrain. La mafia a aussi des personnes de confiance. L'informateur assure la soumission par la douceur. Il contrôle l'information, les congrès, les cours, les publications scientifiques, la publicité, etc. Le policier : assure la soumission par la force, pour mater les cerveaux rebelles, c'est le complément de l'informateur. Les complices : le médecin, le fonctionnaire, le scientifique."

[...]

"Pourquoi la mafia jouit-elle de la protection des puissants, des autorités financières, politiques, religieuses ? C'est parce que le gouvernement est aussi une mafia. Le tandem mafia-gouvernement est vieux comme le monde. Le premier veut l'argent, le deuxième veut le pouvoir."

[...]

"Le seul véritable pouvoir, le seul qui soit légitime, qui ait le droit d'existence, c'est le pouvoir de chaque personne, la souveraineté de l'individu. Toute autre souveraineté, y compris celle du gouvernement, est une usurpation de pouvoir."

[...]

"En démocratie, nous sommes persuadés que nous détenons le pouvoir décisionnel via le suffrage universel. Avons-nous réfléchi à ce que représente la démocratie dans laquelle nous vivons ? Elle consiste à mettre un X tous les cinq ans à côté d'un des noms déjà choisis par les autorités établies. C'est cela vivre en pays démocratique ! Il serait temps de constater le résultat de ce régime : guerres, famines, maladies et pauvreté en conséquence de l'exploitation et la domination de la majorité par la minorité."

[...]

"La tactique de la mafia médicale : 1- Surveiller les intérêts des multinationales industrielles et ne rien faire tant qu'ils ne sont pas menacés. 2- Interdire toute thérapie, personne ou produit qui, en améliorant la santé, puisse menacer les profits des multinationales industrielles, toujours au nom du charlatanisme et de la protection du public. Commencer la chasse aux sorcières. La mafia manipule les lois à volonté. Elle est très à l'aise avec les poursuites judiciaires. 3- Récupérer la thérapie sous son aile et la contrôler entièrement si ces mesures ne suffisent pas à stopper la concurrence qui pourrait menacer les multinationales industrielles. Le charlatanisme d'hier devient alors bienfait d'aujourd'hui sous la protection de la mafia. 4- Faire tranquillement basculer la thérapie vers la technologie scientifique par le biais du contrôle de la formation et des modalités de la pratique. [...]

"Les armes de la mafia sont toujours les mêmes : 1- Diviser pour régner. La fin justifie les moyens. 2- Faire des lois à volonté. Les défaire, les refaire, les contrefaire selon leurs besoins. 3- Compliquer le système et le vocabulaire pour que le public n'y comprenne rien. Lui compliquer aussi l'accès à la thérapie pour qu'il se décourage. 4- Mater les insoumis par tous les moyens. Au début, les déclarer illégaux et les éliminer. Plus tard, leur offrir un statut légal, les intégrer et les contrôler." [...]

"Les erreurs des médecins : 1- Se quereller entre eux. Compétitionner au lieu de collaborer. Juger les autres. 2- Se quereller avec la mafia. Attaquer ou défendre, c'est jouer à la guerre, c'est mener des batailles dans lesquelles la mafia est championne. Elle contrôle les lois, ainsi que l'appareil judiciaire, policier. C'est une perte de temps et d'énergie totale. 3- Se faire reconnaître par les autorités : diplômes, attestations, approbations, corporations professionnelles, associations, écoles. C'est donner son pouvoir à l'extérieur. C'est oublier sa souveraineté individuelle. 4- Conclure des ententes avec les membres de la mafia : syndicat, école, assurance, etc. C'est oublier qu'ils sont tous à la solde des multinationales industrielles." [...]

"Le couple multinationale-gouvernement est la pierre angulaire de toute mafia."

[...]

"Ce même partenariat industrie-gouvernement se retrouve à l'échelle mondiale. Il est le produit du gouvernement mondial : l'Onu. Le parrain mondial c'est le financier mondial qui investit dans tous les domaines pour faire des profits. Son slogan est le suivant : «plus il y a de patients, plus ils sont malades souvent, plus ils sont malades longtemps, plus c'est payant» Pour le concrétiser plus rapidement, il empoisonne les aliments (agro-alimentaire) et pollue la terre, l'eau et l'air (industries chimiques)."

[...]

"L'OMS (l'Organisation Mondiale de la Santé) est le ministère mondial de la santé. Elle est mariée aux financiers mondiaux. Son allégeance lui est entière et exclusive. Comme toute bonne mère, elle passe pour une bonne personne, soucieuse du bien-être de tous. Elle donne l'impression d'être au-dessus des mesquineries et étroitesse des gouvernements nationaux. Elle soutien les médecines douces. Mais la «santé pour tous», version OMS implique médicalisation et vaccination pour tous. C'est-à-dire la maladie pour tous."

[...]

"«La concurrence est un péché» John Davison Rockefeller.»"

[...]

'Les personnes ne sont plus des êtres vivants avec des sentiments, mais plutôt une marchandise à exploiter : 1- Il faut vendre 2- Il faut que les médicaments ne guérissent pas. Pour cela ils ne traitent que les symptômes. 3- Il faut que les médicaments rendent plus malades. 4- Il faut que les médicaments soient imposés. 5- Il faut que la concurrence soit éliminée. 6- Il faut contrôler l'information. 7- Il faut que la recherche scientifique soit profitable. 8- Il faut vendre ses produits le plus cher possible." [...]

" En 1905, le taux de mortalité due à la variole s'élevait aux Philippines, à 10 %. Après une vaccination massive, se déclara une épidémie qui frappa mortellement 25 % de la population dûment vaccinée. Malgré cet échec, les autorités intensifièrent les vaccinations. En 1918, la pire épidémie tua 54 % des personnes, alors que la population était vaccinée à 95 %. L'Île de Mindanao, où les indigènes avaient refusé la vaccination, fut la moins touchée : 11,4 %. Malgré ces évidences, la vaccination antivariolique continua et l'OMS lança, en 1966, une campagne mondiale qui dura 10 ans."

[...]

"Vacciner c'est remplacer une immunité naturelle par une immunité artificielle."

[...]

"Les autorités détiennent l'information, mais elles la verrouillent. Il leur faudra 45 ans avant de divulguer la contamination de 175 000 à 600 000 soldats américains par l'hépatite B, dont le virus était présent dans le vaccin contre la fièvre jaune."

[...]

"Au États-Unis, 20 % des enfants souffrent de «désordre du développement» consécutif aux encéphalites causées par les vaccins. D'où le bouleversement du système d'éducation, incapable de scolariser un tel nombre d'enfants qui ne peuvent ni lire, ni écrire. D'où, en partie, une vague de violence sociale et de crimes perpétrés par des personnalités sociopathes créées par les vaccins. D'où l'usage explosif du Ritalin sur les enfants. On les drogue, tout simplement."

[...]

"En 1973, des chercheurs démontrèrent que les taux de tumeurs cérébrales étaient treize fois plus élevés chez les enfants nés de mères vaccinées contre la poliomyélite durant leur grossesse."

[...]

"Sachons que 45 % des fonds de l'Unicef sont affectés à la vaccination des pays du tiers-monde, tandis que seulement 17 % sont consacrés à l'eau et à l'assainissement. Les enfants du tiers-monde ont besoin d'eau propre et de nourriture et non d'agents agressifs qui les font mourir comme des mouches."

[...]

"Les commanditaires de la conférence d'Alma Ata étaient les suivants : la Fondation Rockefeller, la Banque Mondiale et l'Unicef. Les financiers du monde sponsorisant la santé du monde, quelle générosité..."

[...]

"Pour atteindre son objectif louable de la «santé pour tous en l'an 2000» sainte OMS préconise la vaccination de tous les enfants du monde contre six maladies. Elle lance son Programme Élargi de Vaccination. Un comité pour vacciner les enfants du monde est alors constitué avec Robert McNamara, ancien président de la Banque Mondiale, Jonas Salk, directeur du Salk Institute (fabricant de vaccins) et Van den Hoven, président d'Unilever..."

[...]

"L'Unicef est encouragée, dans sa noble aventure, par la fondation Mérieux (qui possède 30 % du marché mondial de la fabrication des vaccins) et l'Institut Pasteur. Quelle générosité..."

[...]

"En 1989, pour imposer aux enfants les programmes de vaccination et vaincre les résistances et les oppositions d'adultes récalcitrants, sainte OMS va chercher des outils contraignants. Toujours pour le bien des enfants évidemment, elle fait adopter par l'Onu, la Convention des Droits de l'Enfant : 1- Établit la notion de citoyenneté de l'enfant. 2- Remplace le droit d'autorité des parents par un devoir d'obéissance aux autorités administratives. 3- Autorise les autorités à séparer un enfant de parents négligents."

[...]

"Cette convention permet aux autorités d'imposer par la force, contre le gré des parents : 1- Les vaccins aux opposants à la vaccination. 2- La médecine scientifique aux adeptes de la médecine douce. 3- Les traitements médicamenteux sévères à ceux qui les refusent (tel l'AZT pour le Sida, ou la chimiothérapie pour les cancers, par exemple)."

[...]

"Ce ne sont ni les parents, ni les parents, ni les enfants, ni les patients, ni les médecins, ni les autorités de notre pays qui contrôlent notre santé, mais bien les financiers mondiaux, cachés derrière la toute vénérée et respectée sainte OMS".

[...]

"Répétée, la vaccination épuise le système immunitaire. Elle confère une sécurité trompeuse, puisqu'elle ouvre toute grande la porte à toutes les maladies, notamment aux maladies du Sida qui ne peut se développer que sur un terrain immunitaire perturbé.

[...]

"La vaccination encourage la dépendance médicale et renforce la croyance en l'inefficacité de notre système immunitaire. Elle crée des assistés permanents. Elle remplace la confiance en soi par la confiance aveugle en l'extérieur."

[...]

"Robert McNamara, ancien président de la Banque Mondiale, ancien secrétaire d'État des États-Unis qui ordonna les bombardements massifs du Vietnam : «Il faut prendre des mesures draconiennes de réduction démographique contre la volonté des populations. Réduire les taux de natalité s'est avéré impossible ou insuffisant. Il faut donc augmenter le taux mortalité. Comment ? Par des moyens naturels : la famine et la maladie.»"

[...]

"Au cours du procès intenté à la CIA, le Dr Gotlieb, cancérologue, a reconnu avoir déversé, en octobre 1960, une grande quantité de virus dans le fleuve Congo au Zaïre pour le polluer et contaminer les populations qui utilisaient son eau. Le Dr Gotlieb a été nommé à la tête du National Cancer Institute."

[...]

"Comme par hasard, l'Afrique, surtout les pays du centre et du sud, contient des ressources fabuleuses qui ont toujours suscité la convoitise des Occidentaux."

[...]

"Le vaccin de l'hépatite B est fabriqué par manipulation génétique : il est donc beaucoup plus dangereux que le vaccin traditionnel parce qu'il inocule dans l'organisme des cellules étrangères à son code génétique. Ce vaccin, produit à partir de virus cultivé sur des ovaires de hamster chinois, est réputé pour occasionner de la fibromyalgie et la sclérose en plaque. Malgré cela, il jouit d'une grande popularité auprès des autorités qui l'imposent d'abord par la force à tous ceux qui travaillent dans le domaine de la santé, puis au reste de la population (ndlr : en Afrique)."

[...]

"En 1988, au cours d'une interview à la radio, un ambassadeur du Sénégal rapportait les ravages du Sida dans son pays où des villages entiers sont décimés. Quelques années auparavant, des équipes scientifiques et médicales étaient venues vacciner leurs habitants contre l'hépatite B. La maladie touchait les personnes vaccinées..."

[...]

"En 1978, on procéda aux essais d'un nouveau vaccin sur les homosexuels de New York et, en 1980 sur ceux de San Francisco, Los Angeles, Denver, Chicago et Saint-Louis. Ce «nouveau vaccin» officiellement contre l'hépatite B, causa la mort par le Sida de plusieurs d'entre eux, comme nous le savons maintenant. Le programme de vaccination des homosexuels contre l'hépatite B était commandé par l'OMS et le National Institut of Health."

[...]

"Non contentes de nous avoir inculqué la croyance selon laquelle les vaccinations sont efficaces et inoffensives, les autorités entretiennent une autre légende tout aussi dépourvu de fondement : les vaccinations auraient enrayé les grandes épidémies. Or, les épidémies avaient presque entièrement disparu quand les vaccins sont apparus sur le marché. Les livres sur les vaccins (non écrits par l'establishment) démontrent que la régression des grandes maladies est due à l'amélioration des conditions de vie, et notamment l'hygiène."

[...]

"En 1934, Royal Rife et un groupe de médecins, sous les auspices de l'Université de Southern California, ont exposé leurs succès cliniques : ils parvenaient à détruire les micro-organismes du cancer, au moyen d'une longueur d'onde électromagnétique précise. Pendant les années qui suivirent, la technique de traitement du cancer par ondes électromagnétiques se répandit. Plusieurs médecins l'utilisèrent avec succès, mais pas longtemps... Lorsque Morris Fishbein, directeur de l'American Medical Association entendit parler du traitement du cancer, il exigea qu'on lui cède les intérêts dans l'entreprise. Ce qui lui fut refusé. Les conséquences d'un tel refus ne se firent pas attendre. Les médecins furent forcés d'abandonner la nouvelle technique. Dans les revues médicales tous les articles consacrés à ce traitement furent interdits par l'AMA."

[...]

"Il existe deux positions diamétralement opposées au sein du corps médical. L'une défendue par la médecine de maladie (ndrl : Pasteur) prétend que c'est un agent unique qui fait apparaître la maladie. L'agent est un ennemi extérieur à l'organisme. Il nous agresse et menace notre santé. C'est la théorie du microbe. En cas de maladie, cette théorie part à la recherche de l'agent extérieur ennemi et lui fait la guerre. L'autre défendue par la médecine de santé (ndlr : Béchamp) prétend que c'est l'organisme lui-même qui fabrique à l'intérieur de la cellule, les agents variés qui font apparaître la maladie. L'agent est un ami intérieur à l'organisme. Il tend à rétablir l'équilibre de notre système écologique. Si son milieu naturel est perturbé, alors il devient morbide et la maladie apparaît. Si l'on rétablit son milieu naturel, il revient à son état normal et la maladie disparaît automatiquement."

[...]

"La décision de maintenir la médecine pasteurienne est prise à l'échelle mondiale, par l'OMS. Pour dominer le monde, il faut maintenir la soumission. Appliquer la théorie de Pasteur maintient une pratique de médecine de maladie et entretient chez nous des sentiments : - d'impuissance vis-à-vis des forces extérieures - de dépendance vis-à-vis des autorités extérieures - de victimisation par rapport à des gens et des événements extérieurs à nous"

[...]

"Ils sont nombreux les partisans de Béchamp. L'histoire en a connu plusieurs qui ont tenté de faire valoir sa théorie. Ils ont tous été condamnés au silence, soit par la persuasion, soit par la force."

[...]

"Naessens a inventé un microscope extrêmement astucieux qui permet non seulement de très bien voir les petites particules (microzymes) décrites par Béchamp, mais toutes les différentes formes qu'elles peuvent prendre. Il peut conclure aux maladies présentes suivant leurs formes présentes. Il peut évaluer l'état du terrain et corriger ses déficiences pour éviter que la maladie n'apparaisse. La vraie prévention."

[...]

"Dès le moment où le patient exerce son pouvoir décisionnel, il reprend le contrôle de son argent et de sa santé et cesse de nourrir le système de maladie, la médecine «scientifique». Faute de nourriture, le système établi s'éteint. Sans argent, plus de système."

[...]

"Qui sont-ils ceux qui se prétendent nos supérieurs ? Que quel droit s'imposent-ils pour décider pour nous ce qui est bon pour nous ? Personne, absolument personne, n'a le droit de décider pour nous, ni de nous juger. Ne laissons personne usurper notre droit fondamental d'autogestion et de libre choix."

[...]

"À force de remettre notre autorité individuelle entre les mains des autres, nous avons donné naissance aux monstruosités gouvernementales qui nous régentent aujourd'hui. Des technocrates qui ne connaissent que des chiffres et des théories prennent des décisions au sujet de notre santé. Nous ne pouvions faire pire. Et ils le savent. Pour continuer de garder leur pouvoir, ils sèment la zizanie entre nous. Pendant que nous sommes occupés à nous disputer entre nous, ils continuent de faire la pluie et le beau temps avec notre santé et notre argent."

[...]

"L'employeur est celui qui paie le salaire de quelqu'un, directement ou indirectement. Le patient fait vivre le système médical. Il est l'employeur. Le médecin ou le thérapeute est l'employé. Nous sommes l'employeur des autorités médicales et politiques. Notre employé : - décide sans nous consulter - dépense sans compter - nous vole notre argent contre notre volonté - fait des lois pour nous contrôler - installe des systèmes électroniques pour nous surveiller - paie des juges pour nous condamner - paie des policiers pour nous cueillir - paie des soldats pour nous mater - vote son propre salaire, ses augmentations et sa pension Et tout cela avec notre propre argent. Jamais nous ne tolérerions pareil désordre dans notre entreprise. C'est cependant ce que nous faisons pour une entreprise plus grande : la santé et la société."

[...]

"Réalisons que la cuirasse de l'ennemi est faite de papier : les billets de banque que nous lui fournissons docilement et quotidiennement. Son pouvoir réside dans l'argent que nous lui donnons. Si nous cessons de nourrir la bête, elle mourra de faim, tout simplement et disparaîtra."

[...]

"Jamais d'armes ni de sang. Les autorités sont passées maîtres dans l'art de nous faire battre entre nous. C'est leur tactique préférée. Ne tombons pas dans le panneau. Rappelons-nous toujours qui est notre ennemi. Ne tapons surtout pas sur la tête de nos sœurs et frères, fussent-ils de race, de religion ou d'allégeance différente."

[...]

"Depuis des siècles, nous répétons que «l'homme est un loup pour l'homme», sans réaliser que l'homme est un être humain, capable de transcender ses instincts, tandis que le loup est un animal soumis. Abaissons la nature humaine et nous nous comporterons en animaux soumis. Élevons-la, et nous nous comporterons comme des souverains. À nous de choisir. Nous sommes les créateurs de notre futur."

[...]

"Capitalisme, socialisme, communisme, islamisme, libéralisme sont tous des régimes identiques. Seule l'étiquette varie. Tous ces régimes ont un dénominateur commun : le contrôle de la majorité par une minorité. Le pouvoir entre les mains d'une bande de privilégiés qui font passer les lois nécessaires au maintien de leurs privilèges.

[...]

"La sécurité est une illusion que l'on implante dans la tête des gens pour les contrôler, les exploiter et s'enrichir à leurs dépens. La sécurité n'existe pas. Regardons les fleurs : elles naissent, s'épanouissent, fanent, meurent... Puis elles renaissent. C'est cela vivre. Des fleurs en sécurité s'appellent des fleurs séchées. Elles sont belles toute l'année, elles ne risquent rien. Mais elles sont mortes. La sécurité c'est la mort des individus."

Par NosLibertes

lepost.fr


Repost 0
Published by Cristalain - dans Informations
commenter cet article
15 janvier 2009 4 15 /01 /janvier /2009 21:53


Une vérité qui dérange

jeudi 15 janvier 2009 à 10:58 ::

Connaissez-vous cette carte ?

ce qui est advenu de la Palestine de 1946 à 2000

Est-ce suffisamment parlant et édifiant ?

Est-ce assez clair et aveuglant pour qu'un esprit normalement constitué comprenne qui occupe qui, extermine qui ?

et ensuite, on ose qualifier les resistants palestiniens de terroristes, témoins de l'extermination de leurs familles depuis plus de 60 ans.

souvenez vous, quand la france était occupée par l'allemagne nazie... est-ce que l'on qualifiait à l'époque de terroristes les courageux résistants français? aujourdhui, parceque le monde se sent coupable du sort des juifs sous l'allemagne hitlerienne, on leur laisse le droit d'exterminer les palestiniens. et ensuite, on ose qualifier de terrorisme les faibles tentatives de résistance d'un peuple palestiniens au bord de l'extinction. juste regardons ailleurs, comme d'habitude...là où notre bon sens et courage d'opinion ne sont pas requises.

source :alterinfo.org

5 mensonges sur la Palestine et Israël


jeudi 15 janvier 2009 à 03:01 :: Général :: #6718

– Mensonge n°1 : "Israël ne cible que des sites militaires légitimes et cherche à protéger les vies innocentes. Israël ne vise jamais les civils."

– Mensonge n°2 "Le Hamas a violé le cessez-le-feu. Les bombardements israéliens sont une réponse aux roquettes palestiniennes, et sont destinés à mettre un terme à de telles attaques."

– Mensonge n°3 "Le Hamas utilise des boucliers humains, ce qui constitue un crime de guerre."

– Mensonge n°4 "Les nations arabes n’ont pas condamné les actions d'Israël parce qu'elles comprennent les raisons invoquées par Israël quant à cette attaque."

– Mensonge n°5 "Israël n'est pas responsable des morts civils, parce qu'il a averti les Palestiniens de Gaza, afin qu'ils quittent les zones susceptibles d’être prises pour cibles."

Les Mensonges :

– Mensonge n°1 :

"Israël ne cible que des sites militaires légitimes et cherche à protéger les vies innocentes. Israël ne vise jamais les civils."

La Bande de Gaza est une des zones les plus peuplées de la planète. Selon les lois internationales, la présence de militants au sein d’une population civile ne prive pas la population civile de son statut de protection. Par conséquent, tout assaut contre cette population sous couvert de cibler des militants est un crime de guerre.

"De plus, les individus déclarés cibles légitimes par Israël sont des membres du Hamas, qu’il considère comme une organisation terroriste. Le Hamas est responsable de tirs de roquettes sur Israël. Ces roquettes sont extrêmement imprécises et par conséquent, même si le Hamas veut atteindre des cibles militaires à l'intérieur d'Israël, ces roquettes sont par nature hasardeuses. Lorsque des roquettes lancées depuis Gaza touchent des civils israéliens, c’est un crime de guerre."

Le Hamas possède une branche armée. Pourtant, il ne s'agit pas entièrement d'une organisation militaire : elle est politique. Des membres du Hamas ont été démocratiquement élus comme représentants du peuple palestinien. Des dizaines de ces élus ont été kidnappés et emprisonnés sans aucune charge. D'autres ont été la cible d'assassinat, comme Nizar Rayan, un haut représentant du Hamas. Pour tuer Ryan, Israël a pris pour cible un immeuble résidentiel. L'attaque a non seulement tué Ryan, mais aussi deux de ses épouses, quatre de ses enfants et six autres personnes. Aucune loi internationale ne justifie une telle attaque. Il s’agit d'un crime de guerre.

Parmi les autre cibles bombardées par Israël et qui bénéficiaient pourtant d'un statut de protection selon la loi internationale, on trouve une mosquée, une prison, des postes de police, une université et des bâtiments résidentiels.

Le siège de Gaza dure depuis longtemps, Israël permettant seulement qu’une quantité minimum de ravitaillements humanitaires entre dans la ville. Israël bombarde et tue des civils palestiniens. Beaucoup d'autres ont été blessés et ne peuvent recevoir de soins médicaux. Les hôpitaux qui fonctionnent grâce à des groupes électrogènes ont peu ou plus de pétrole. Les médecins n'ont pas d'équipements appropriés ou de fournitures médicales pour soigner les blessés. Ces personnes sont aussi victimes de la politique israélienne, qui ne vise pas le Hamas ou des cibles militaires légitimes, mais qui est destinée à punir les populations civiles.

– Mensonge n°2

"Le Hamas a violé le cessez-le-feu. Les bombardements israéliens sont une réponse aux roquettes palestiniennes, et sont destinés à mettre un terme à de telles attaques."

Pour commencer, Israël n'a jamais observé de cessez-le-feu. Dès le départ, il a défini une « zone de sécurité spéciale » à l'intérieur de la bande de Gaza et a déclaré que les Palestiniens qui y entreraient subiraient des tirs. En d'autres mots, Israël a annoncé son intention : ses soldats tireraient sur des fermiers ainsi que sur d'autres personnes qui tenteraient d’accéder à leurs propres terres, en violation directe non seulement du cessez-le-feu, mais aussi des lois internationales.

Hormis plusieurs incidents de tirs au cours desquels des Palestiniens furent blessés, le Hamas a respecté le cessez-le-feu, depuis le jour où il est entré en vigueur le 19 juin et jusqu'à ce qu’Israël rompe la trêve le 4 novembre en lançant une attaque aérienne sur Gaza qui tua cinq personnes et en blessa de nombreuses autres.

Cette violation du cessez-le-feu conduit bien entendu à des représailles de la part des militants gazaouis, qui répliquèrent par des tirs de roquettes. L'augmentation des tirs de roquettes fin décembre sert de prétexte au bombardement continuel mené par Israël, alors qu’elle n'est que la réponse directe des militants aux attaques israéliennes.

De manière prévisible, les actions d’Israël – dont la violation du cessez-le-feu – ont conduit à une escalade des attaques à la roquette contre sa propre population.

– Mensonge n°3

"Le Hamas utilise des boucliers humains, ce qui constitue un crime de guerre."

Il n’a jamais été prouvé que le Hamas utilisait des boucliers humains. Le fait est que, ainsi que nous l'avons précédemment fait remarquer, Gaza est un petit territoire densément peuplé. Israël mène une guerre aveugle, comme nous pouvons le constater avec l'assassinat de Nizar Rayan, où plusieurs membres de sa famille furent assassinés. C’est ce genre de victimes – ses enfants – qu’Israël, dans sa propagande, qualifie de « boucliers humains ». Selon les lois internationales, il n’y a aucune justification à une telle interprétation. A vu des circonstances, le Hamas n’utilise pas de boucliers humains : Israël commet des crimes de guerre en violation de la Convention de Genève et des autres lois internationales en vigueur.

– Mensonge n°4

"Les nations arabes n’ont pas condamné les actions d'Israël parce qu'elles comprennent les raisons invoquées par Israël quant à cette attaque."

Les populations de ces pays arabes sont révoltées par les actions d’Israël et par l’attitude de leurs propres gouvernements, qui n’ont pas condamné cette agression et n’ont pris aucune mesure pour mettre un terme aux violences. En bref, les gouvernements arabes ne représentent pas leurs populations respectives. Les populations des nations arabes ont manifesté en masse pour protester non seulement contre les actions d’Israël mais aussi contre l'inaction de leurs propres gouvernements et ce qu’ils considèrent comme de la complaisance ou de la complicité à l’égard des crimes d’Israël.

De plus, le refus des nations arabes d’intervenir, de venir en aide aux Palestiniens, ne vient pas de leur acceptation des agissements d'Israël, mais de leur soumission à la volonté des États-Unis, qui soutiennent inconditionnellement Israël. L'Égypte, par exemple, qui refuse d’ouvrir sa frontière pour permettre aux Palestiniens blessés lors des attaques d’accéder à des soins médicaux dans les hôpitaux égyptiens, est largement dépendante de l’aide des États-Unis, et est fortement critiquée par les populations des pays arabes, qui considèrent que cette attitude est une trahison absolue envers les Palestiniens de Gaza(1).

Même le président palestinien Mahmoud Abbas fut considéré comme traître envers son peuple lorsqu’il rendit le Hamas responsable de la souffrance des Gazaouis. Les Palestiniens sont également bien conscients des trahisons passées – et perçues comme telles – d'Abbas, qui s’est allié avec Israël et les États-Unis pour mettre sur la touche le gouvernement démocratiquement élu du Hamas. Le Hamas réagit par un contre-coup d'État au cours duquel il expulsa le Fatah (la branche armée de l'Autorité Palestinienne d’ Abbas) de la bande de Gaza. Le but apparent d’Abbas était d’affaiblir le Hamas et de renforcer sa propre position, mais les Palestiniens et les autres Arabes au Moyen-Orient sont tellement dégoûtés d'Abbas qu'il est improbable qu'il soit en mesure de gouverner réellement.

– Mensonge n°5

"Israël n'est pas responsable des morts civils, parce qu'il a averti les Palestiniens de Gaza, afin qu'ils quittent les zones susceptibles d’être prises pour cibles."

Israël affirme avoir envoyé des messages radios et téléphoniques aux résidents de Gaza, les avertissant de fuir les bombardements à venir. Mais les Gazaouis n’ont nulle part où aller. Ils sont pris au piège à l'intérieur de la bande de Gaza. Il entre dans les desseins israéliens qu’il ne puissent franchir la frontière. Il entre dans les desseins israéliens qu’ils soient privés de nourriture, d’eau ou de pétrole – tous nécessaires à la survie. Il entre dans les desseins israéliens que les hôpitaux gazaouis n’aient pas d’électricité et peu de matériel médical pour soigner les blessés et sauver des vies. Israël a aussi bombardé de vastes zones de Gaza, ciblant des infrastructures civiles et d’autres sites bénéficiant du statut de protection selon la loi internationale. Aucun lieu n’est sûr à l’intérieur de la bande de Gaza.

Histoire

Avant 1917, année ou les Anglais signèrent la Déclaration Balfour – qui appelait à la création d'un État juif – la Palestine comptait 90% de Palestiniens. En fait, en 1914, les Juifs ne représentaient que 7,5 % de la population. Après la signature de la Déclaration Balfour, les Juifs commencèrent à émigrer en Palestine, depuis les régions environnantes. Cette migration fut interrompue trois années, de 1936 à 1939, et elle reprit de façon encore plus accrue jusqu’en 1948, année où Israël se proclama État souverain, proclamation qui déclencha une vague d’émigration encore plus importante de Juifs en Palestine. En 1950, trente ans après la Déclaration Balfour, les Juifs se retrouvaient majoritaires. En gros, moins les 5% de juifs originaires de la région, si vous demandez aux Juifs leur pays d’origine, ils ne répondront pas la Palestine, mais très probablement un pays d’Europe de l'Est, ou pour certains, un pays arabe voisin. Aujourd’hui les Juifs continuent à émigrer en masse en Palestine et à s'implanter en territoire palestinien. Nombre de ces émigrants juifs comprennent la situation des Palestiniens, mais pour beaucoup choisissent de l’ignorer, à cause des bénéfices énormes qu’ils en tirent.

Le Conflit

En 1947, les Nations unies acceptèrent de diviser la Palestine en deux États, un juif et un autre palestinien, avec Jérusalem comme ville internationale. Un élément ennuyait les Palestiniens : l’accord comprenait un État juif englobant 54% du territoire et les 46% restants revenaient aux Palestiniens, même si les Juifs ne possédaient alors que 6% de la Palestine. Ensuite, il y eut le nettoyage ethnique perpétré par les milices juives sur les Palestiniens pour les chasser des terres qu'ils possédaient, et qui inaugura le bain de sang qui se perpétue encore aujourd’hui. Un de ces actes terribles eut lieu en avril 1948, lorsque la milice sioniste entra dans le village de Deir Yassin et massacra 254 civils innocents, principalement des personnes âgées, des femmes et des enfants. Nombre de ces incidents, ajoutés aux destructions inacceptables de milliers de maisons palestiniennes dans les années qui suivirent, instillèrent la peur dans l’esprit de nombreux Palestiniens, les forçant à fuir vers les pays voisins, surtout en Jordanie. Ceux qui choisirent de rester en Palestine pour défendre leur terre et qui refusèrent de se soumettre à la volonté d'Israël devaient se préparer à une lutte acharnée. À ce jour, cette lutte inclut de nombreux crimes de guerre de la part d’Israël, en Palestine mais aussi au Liban. Parmi ces crimes : le nettoyage ethnique, le génocide, l’emprisonnement illégal, ainsi que l’occupation illégale. Certains de ces crimes de guerre ont été commis par l’ancien Premier ministre israélien, Ariel Sharon. Il n’a jamais été jugé pour aucun d’entre eux. Sharon est un tyran dans la veine de Milosevic et du dictateur iraquien Saddam Hussein. Milosevic(2) fut jugé pour ses crimes et condamné à la prison (il mourut en détention cinq ans plus tard). Saddam Hussein fut lui aussi jugé pour ses crimes tyranniques et pendu. Le monde réclame la justice, non seulement concernant Sharon (qui est dans le coma après une attaque en 2005), mais aussi pour toutes les injustices. Comme l’a déclaré un jour Martin Luther King Jr : « L’injustice où qu’elle soit menace partout la justice. »

Ce que vous ignorez, c’est que les États-Unis aident Israël chaque jour depuis 1945, une aide à hauteur de centaines de millions de dollars. Cet argent vient de la poche des contribuables. Les États-Unis fournissent aussi les bulldozers qui servent à démolir les maisons et les infrastructures palestiniennes. Nous nous vantons d'être une nation démocratique qui combat le terrorisme ; et pourtant, nous tendons l'autre joue et alimentons une machine de guerre comme Israël ; mais bien entendu...eux ne sont pas des terroristes. Les Palestiniens doivent endurer chaque jour ce genre d’actions inhumaines. Des centaines de milliers de personnes ont perdu leur maison, des dizaines de milliers d’autres ont perdu la vie, et toutes et tous ont été privés de leur intégrité et de leur espoir de liberté.

Les kamikazes

La majeure partie de la couverture médiatique – surtout étasunienne – est faite d’informations biaisées sur les actes terroristes de kamikazes en Palestine. Ils omettent bien de faire des comparaisons. Les Israéliens vont jusqu’à littéralement torturer les Palestiniens en empoisonnant leur eau, leur bétail, en détruisant leurs centrales électriques et leurs routes. Les gens ne peuvent se rendre à la prière, et encore moins travailler afin d’assurer par un revenu la survie de leur famille. Nombre d’habitants de Gaza – une des zones les plus peuplées de la planète – vivent dans l'obscurité totale à cause de la récente destruction de leur unique centrale électrique. Fondamentalement, c’est Israël qui engendre ces kamikazes. Aucun civil ne mérite la mort, qu’il soit israélien ou palestinien. Il n’existe aucune excuse légitime au fait d’attenter à des vies innocentes. Mais les deux côtés ont des extrémistes qui tentent de défendre leur cause. Les kamikazes n’existaient pas avant que le régime sioniste s’installe en Israël, même si cela ne justifie en rien les pertes en vies civiles. [Note de FQ: l'auteur de cet article devrait se renseigner sur le mythe des attentats suicides palestiniens et les opérations sous fausse bannière, modus operandi d'Israël]

Si les kamikazes palestiniens sont des terroristes, comment qualifier les actions d’Israël ?

- - - - - - - - - - - - -

Commentaire personnel

Je vous demande de l’esprit ouvert et de ne pas croire tout ce que l’on raconte dans les médias officiels. Je vous conseille aussi vivement de faire vos propres recherches, de ne pas prendre ce que j’ai écrit pour argent comptant. Vous serez surpris de ce que vous découvrirez. Je n’ai fait qu’effleurer le sujet, alors creusez. J'ai vu nombre de ces injustices de mes propres yeux, et il est temps que vous ouvriez les vôtres.

Rappelez-vous aussi que de nombreux Juifs, même des rabbins, sont totalement contre le mouvement sioniste. Il ne faut pas non plus confondre une personne qui pratique le judaïsme avec un sioniste. Les sionistes ne sont pas nécessairement juifs, et tous les Juifs ne sont pas sionistes.

Voici des informations qui ne manqueront pas de vous intéresser : Sites internet : btselem.org jewsagainstzionism.com nkusa.org

Videos : The Gaza Strip George Galloway on Sky News? “Palestine is still the issue”??

“Scott Ritter on CSPAN”

Livre :

Palestine: La paix, pas l’Apartheid de Jimmy Carter

Notes :

(1)NdT : Des soldats étasuniens sont postés à la frontière pour garantir que tout se passe selon les plans du trio Israël-Arabie Saoudite-Égypte.

(2)NdT : Il convient de préciser que là encore, la version officielle des évènements d’ex-Yougoslavie mériterait une révision publique. Nous vous conseillons la lecture du livre de Carla Del Ponte, La Chasse. Moi et les criminels de guerre. Cet ouvrage offre une révision documentée de ce conflit, où il ressort que les vrais « monstres » étaient les membres de l'UCK. Il faut aussi rappeler que les réseaux islamiques complices de la CIA furent envoyés en Bosnie et qu’ils y commirent de grands crimes contre les Serbes.

republique-des-lettres.fr www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=84557 afp.google.com agoravox.fr - 233k

liens: israel-a-cree-le-hamas-pour-diviser-la-palestine

le-hamas-est-une-creation-du-mossad

Traduction : Lionel P.
: Edito alterinfo.org

source :futurquantique.org
                       http://www.choix-realite.org
:

Repost 0
Published by Cristalain - dans Informations
commenter cet article
14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 18:45


Une nouvelle série de mesures effectuée par une équipe de chercheurs coréens et russes montre que la quantité de CO2 absorbée par la mer du Japon a baissé de moitié depuis les années 1990. Les scientifiques attribuent cette diminution qu’ils qualifient de « soudaine et considérable » à une perturbation de la circulation des courants marins verticaux due au réchauffement climatique.

par David Adam, The Guardian, 12 janvier 2009

Les scientifiques ont lancé un nouvel avertissement sur le changement climatique après la découverte d’un effondrement soudain et spectaculaire de la quantité de carbone qui est absorbée par la mer du Japon.

Cette évolution, attribuée au réchauffement de la planète, est jugée alarmante par les experts.

Les océans absorbent environ 11 milliards de tonnes du dioxyde de carbone qui est répandu dans l’atmosphère chaque année, soit environ un quart de ces émissions, et un affaiblissement, même léger, de ce processus naturel augmentera significativement la quantité de CO2 présente dans l’atmosphère. Il faudrait alors que les Etats adoptent des objectifs de réduction des émissions beaucoup plus stricts pour prévenir une dangereuse élévation des températures.

Kitack Lee, professeur associé à l’Université Coréenne des Sciences et Technologies de Pohang, qui a dirigé cette étude, indique que cette découverte est la « première observation qui relie directement la modification de l’absorption de CO2 par l’océan au changement climatique ».

M. Lee explique que le climat plus chaud perturbe un processus connu sous le nom de « ventilation » - c’est-à-dire la circulation verticale de l’océan qui entraîne et mélange le CO2 absorbé par les eaux de surface vers les profondeurs. Il indique que l’effet observé n’est probablement pas limité à la mer du Japon. Il pourrait également affecter l’absorption de CO2 dans les océans Atlantique et du Sud.

« Nos résultats pour la « mer de l’est » démontrent sans équivoque que l’absorption océanique de CO2 a été directement affectée par l’affaiblissement de la ventilation verticale induite par le réchauffement, dit-il. La Corée affirme que la mer du Japon devrait être rebaptisée la « mer de l’est » car son appellation actuelle est perçue comme un héritage de l’expansion militaire du Japon dans la région.

M. Lee ajoute : « En d’autres termes, l’augmentation de la température atmosphérique due au réchauffement de la planète peut influer profondément sur la ventilation de l’océan, ce qui diminue le taux d’absorption du CO2. »

Travaillant en collaboration avec Pavel Tishchenko, de l’Institut Océanologique du Pacifique Russe à Vladivostok, M. Lee et son collègue Park Geun-Ha ont prélevé des échantillons d’eau de mer sur 24 sites à travers la mer du Japon durant une campagne effectuée en mai dernier par le « Professeur Gagarinskiy, un navire de recherche russe.

Ils ont comparé les quantités de CO2 dissoutes dans l’eau de mer avec des échantillons prélevés en 1992 et 1999. Les résultats montrent la quantité de CO2 absorbée au cours de la période 1999 à 2007 est la moitié de celle enregistrée de 1992 à 1999.

Fondamentalement, cette étude révèle que le mélange effectué par l’océan, un processus nécessaire pour le transfert du carbone vers les eaux profondes où il est plus susceptible de rester, semble s’être considérablement affaibli.

Présentant leurs résultats dans la revue Geophysical Research Letters, les scientifiques écrivent : « Le fait marquant est que presque toutes les émissions de CO2 d’origine anthropique capturées dans la période récente sont confinées dans des eaux de moins de 300 mètres de profondeur. Cette réduction rapide et substantielle est ... surprenante et elle est attribuée à un affaiblissement considérable de la circulation [des eaux]. »

Corinne Le Quéré, experte dans le domaine de la capture du carbone par l’océan à l’Université d’East Anglia, déclare : « Nous ne pensons pas que l’océan va complètement cesser de capturer nos émissions de dioxyde de carbone, mais si cet effet diminue, cela aura des conséquences réelles pour l’atmosphère »
.
source: contreinfo.info
                        http://www.choix-realite.org

Repost 0
Published by Cristalain - dans Informations
commenter cet article
14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 18:10




Traduction de Didier Jamet


Tous les indices convergent : le prochain cycle solaire sera d’une intensité exceptionnelle. Le cycle solaire 24, qui devrait culminer en 2010 ou 2011, " semble parti pour être un des cycles les plus intenses depuis que ceux-ci sont observés, c’est à dire bientôt 400 ans " confirme le physicien solaire David Hathaway du centre spatial Marshall.

Avec son confrère Robert Wilson, ils viennent de présenter cette conclusion au congrès de l’Union Géophysique Américaine qui s’est tenu la semaine dernière à San Francisco. Leurs prévisions se fondent sur les mentions d’orages géomagnétiques faites à travers l’histoire.

 

Hathaway explique ce qu’est un orage magnétique : " lorsqu’une rafale de vent solaire frappe le champ magnétique terrestre, l’impact secoue le champ magnétique. S’il est suffisamment secoué, nous qualifions l’évènement d’orage géomagnétique. " Dans les cas extrêmes, ces orages magnétiques peuvent provoquer des pannes de courant et rendre folles les aiguilles des boussoles. Les aurores polaires sont également un de leurs jolis effets secondaires.


Hathaway et Wilson se sont intéressés aux cas avérés d’activité géomagnétique jusqu’à 150 ans en arrière, grâce à quoi ils ont pu faire une observation fort utile : " L’activité géomagnétique actuelle nous renseigne sur ce que sera le cycle solaire dans 6 ou 8 ans " affirme Hathaway. Une image valant 1000 mots, reportez vous à la deuxième de la colonne de droite ci-contre.

Les courbes noires décrivent les cycles solaires, dont l’amplitude correspond au nombre de taches apparaissant à la surface du Soleil. Les courbes rouges correspondent aux indices géomagnétiques, spécifiquement l’Indice Horaire de Varaiabilité, ou IHV. " Ces indices sont déduits des enregistrements de magnétomètres situés à deux endroits opposés de la Terre, un en Angleterre, et l’autre en Australie. Les données IHV ont été enregistrées quotidiennement depuis 1868 " confirme Hathaway.


En croisant le nombre de taches et l’indice IHV, ils ont découvert que l’IHV permettait de prédire l’amplitude du cycle solaire 6 ans à l’avance, avec un coefficient de corrélation de 94 %.

Hathaway reconnaît modestement qu’il " ne sait pas pourquoi ça marche. " Les mécanismes physiques sous-jacents sont encore un mystère " Mais ça marche ".


Selon leurs analyses, le prochain maximum solaire devrait culminer vers 2010, avec un nombre de taches de 160, plus ou moins 25. Cela en ferait un des cycles solaires les plus violents des 50 dernières années, soit un des plus puissants des temps historiques tout court.

Les astronomes comptent les taches solaires depuis Galilée, surveillant les hauts et les bas de l’activité solaire le long de leur cycle de 11 ans. Etrangement, 4 des 5 cycles les plus intenses connus se sont produits au cours de 50 dernières années. " Le cycle 24 devrait se trouver exactement dans les mêmes configurations " affirme Hathaway.

Ces résultats ne sont que les derniers d’une série d’indices convergents qui autorisent à penser que le cycle 24 sera exceptionnel. D’après Hathaway, le plus convaincant de tous est le travail de Mausumi Dikpati et de ses collègues du centre national de recherche atmosphérique (NCAR) de Boulder, dans le Colorado. " Ils ont combiné des observations du " grand tapis roulant " solaire avec un modèle informatique sophistiqué de la dynamo interne du Soleil afin de produire des prédictions du prochain cycle solaire fondées sur des données physiques ". Bref, ce cycle promet d’être particulièrement intense.

" Tout se tient " confirme Hathaway. Pour savoir si ce cycle 24 tient ses promesses, revenez régulièrement sur Ciel des Hommes !




SOURCE: http://www.cidehom.com







Repost 0
Published by Cristalain - dans Informations
commenter cet article
20 décembre 2008 6 20 /12 /décembre /2008 00:49
IRAK Ce Que Bush Veut Cacher
envoyé par sous-commandant-marcos



source: dailymotion.com

Publié par révélation

Repost 0
Published by Cristalain - dans Informations
commenter cet article
20 décembre 2008 6 20 /12 /décembre /2008 00:18

Voici la dernière edition de Loose Change avec sous-titre français.

Playlist:



youtube.com

Questionnez la version officielle du 11 septembre 2001!

reopen911.info

mtl911truth.org

info.11septembre.org

Vous êtes du Québec et aimeriez avoir une version DVD de ce documentaire? contactez nous

à mtl911truth@hotmail.com



Repost 0
Published by Cristalain - dans Informations
commenter cet article