Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Cristalain
  • : Bienvenue sur cet espace d'information que j'ai créé afin de partager les messages que je reçois en écriture intuitive de ma guidance intérieure et du monde invisible, comme des milliers de par le monde. Que chacun puisse recevoir en fonction de sa sensibilité, de son ouverture d'esprit les informations entrant en résonance avec son être profond qui est lumière, amour et conscience. Je ne prétend pas détenir la vérité, mais peut-être en percevoir une parcelle, une facette de celle-ci en tant q
  • Contact

Profil

  • Cristalain

Nbre de visites - 07/07/2007


Rechercher

crops circle

cropcircles.gifcc

Texte Libre

11 août 2020 2 11 /08 /août /2020 13:54

Kla.TV contre la censure mondiale de la vidéo de PLANdémie www.kla.tv/16750

  


08.07.2020

La crise du coronavirus marquera l'histoire non seulement comme un événement au cours duquel un « verrouillage » économique mondial a eu lieu, mais aussi comme une période de censure mondiale des médias qui ont contredit le rapport officiel sur le coronavirus.

 

Un soir, la rédaction de Kla.TV a pris connaissance de la vidéo PLANdemie par le biais d'une lettre d'un téléspectateur. Lorsque les collaborateurs de Kla.TV ont voulu visionner la vidéo le lendemain matin, elle avait déjà été supprimée de YouTube. Une autre lettre pointait à nouveau vers la vidéo, cette fois-ci les collaborateurs de Kla.TV l’ont sauvegardée le jour même.

 

Deux jours plus tard, elle a de nouveau été supprimée de YouTube. Vimeo et Facebook censurent également la vidéo, et sur Wikipédia, un rapport critique de la vidéo a déjà été fait. La vidéo a été visionnée au moins huit millions de fois sur YouTube avant la censure.

 

Qu'est-ce qui rend cette vidéo « dangereuse » au point d’être censurée dans le monde entier ? Par la suite, nous rediffusons la vidéo en exclusivité sur Kla.TV. Vous verrez le Dr Judy Mikovits, microbiologiste, s'entretenir avec le cinéaste Mikki Willis.

 

Le Dr Judy Mikovits a passé 22 ans aux National Institutes of Health, l'autorité la plus importante en matière de recherche biomédicale aux États-Unis. Lorsqu'elle a réalisé que les vaccinations pouvaient être la cause de l'autisme et du cancer, elle a pris la parole. Elle a été menacée de voir sa carrière brisée, elle a été trahie et a passé cinq jours en prison.

 

Pendant cinq ans, elle n'a pas été autorisée à s'exprimer, elle a été menacée d'être à nouveau jetée en prison. Mais maintenant, elle prend la parole. Elle a travaillé entre autres avec le Dr Rashid Buttar, qui figure parmi les « cinquante meilleurs médecins » des États-Unis depuis plus de 20 ans. Visionnez dès maintenant la vidéo PLANdemie Partie 1 et distribuez-la. Si ce dont témoigne cette microbiologiste de haut niveau est vrai, c'est un crime de guerre que de censurer sa voix professionnelle sur l'Internet libre.

 

Tous les procureurs et magistrats du monde entier sont légalement tenus d'enquêter sur ces témoignages. Ce n'est rien de moins qu'un génocide si tous ces professionnels disent la vérité, comme le montre la vidéo suivante.

 

Les peuples ont droit à la voix et à la contre voix ! Imitez Kla.TV tout de suite : enregistrez les émissions qui vous tiennent à cœur sur un disque dur externe dès aujourd'hui. I:

 

Le Dr Judy A. Mikovits a été décrite comme l'une des scientifiques les plus accomplis de sa génération. Sa thèse de doctorat de 1991 a révolutionné le traitement du VIH et du SIDA. Au sommet de sa carrière, le Dr Mikovits a publié un article à succès dans la revue Science.

 

L'article controversé a provoqué une onde de choc dans la communauté scientifique en révélant que l'utilisation combinée de tissus fœtaux animaux et humains provoquait des fléaux dévastateurs de maladies chroniques. Parce qu'elle avait révélé ses secrets mortels, les hommes de main de la grande industrie pharmaceutique ont mené une guerre contre le Dr Mikovits, détruisant sa bonne réputation, sa carrière et sa vie privée.

Maintenant que le sort des nations est en jeu, le Dr Mikovits nomme les responsables du fléau de la corruption qui menace la vie de tous les peuples.

I : Vous avez donc fait une découverte qui contredit l'histoire généralement admise ?

M : Correct.

I : Et pour cela, ils ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour détruire votre vie.

M : Exact.

I : Vous avez été arrêtée ?

M : C'est exact.

I : Et puis on vous a empêchée de parler ?

 

M : Pendant cinq ans. Si j'apparaissais dans les médias sociaux, si je disais quoi que ce soit, ils trouveraient de « nouvelles preuves » et me remettraient en prison. Et ça a été l'une des rares fois où j'ai pleuré. Parce que dès le début je savais qu'il n'y avait pas de preuves. Si on déchaîne ce genre de violence, on peut faire chuter quelqu'un dont la réputation est parfaite. Et donc je n'ai pas pu amener mes 97 témoins. Parmi eux, les chefs d’Anthony Fauci, A. Lipcon les chefs du service de santé, qui auraient dû témoigner que nous n'avons absolument rien fait de mal.

I : De quoi avez-vous été accusée alors ?

M : De rien.

I : Mais vous étiez en prison ?

 

M : J'ai été détenue en prison sans inculpation. On m'a traitée de fugitif judiciaire - pas de mandat d'arrêt. Ils m'ont littéralement traînée hors de la maison. Nos voisins ont vu ce qui se passait. Vous savez, ils ont fouillé ma maison sans mandat. Ils ont littéralement terrorisé mon mari pendant cinq jours. Ils ont dit : qu'ils ne pouvaient pas trouver les carnets, qu'ils ne pouvaient pas trouver le matériel - qui n'était pas en ma possession - mais qui avait été placé dans ma maison.

I : Comme si vous preniez la propriété intellectuelle du laboratoire. Est-ce bien cela ?

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

 

M: M : Oui, il faut qu'on ait l'impression que j'ai pris des noms de matériaux confidentiels et non la propriété intellectuelle du laboratoire. Et j'ai pu prouver de façon irréfutable que ce n'était pas le cas. Les responsables de l'ensemble de notre HHS avaient travaillé ensemble et détruit ma réputation. Et le département de la justice du FBI s'est assis dessus et a gardé cette affaire secrète.

 

Ce qui signifie que vous ne pouvez pas dire qu'il y a une affaire en cours ou que les avocats ont été retenus pour outrage au tribunal. Vous ne pouvez donc même pas faire appel à un avocat pour vous défendre. On m'a donc retiré tout droit à une procédure régulière. Et c'est toujours le cas aujourd'hui. Je n'ai pas de libertés ou de droits constitutionnels.

 

I : Et pourtant, vous êtes assise ici. Je pense que beaucoup de gens auraient probablement pris une retraite anticipée ou se seraient cachés. Mais vous avez décidé, après avoir été libérée de votre interdiction de parler, d'écrire un livre intitulé « Le fléau de la corruption - Restaurer la foi et la promesse de la science ». Et vous donnez des noms ?

 

M : Absolument.

I : De toute évidence, leur tentative de vous faire taire a échoué. Et je dois demander : Comment pouvez-vous rester assise ici avec la confiance nécessaire pour nommer ces grandes puissances et ne pas craindre pour votre vie lorsque vous quitterez ce bâtiment ? M : Parce que si nous n'arrêtons pas maintenant, non seulement nous pouvons oublier notre république et notre liberté, mais nous pouvons aussi oublier l'humanité parce que nous serons tués par ce programme.

I : Passons maintenant à Anthony Fauci ?

Extrait de film : « Je m'appelle Dr Anthony Fauci. Je suis le directeur, l'homme qui dirige la force de réaction à la pandémie. »

 

I : A-t-il été impliqué dans la dissimulation ?

M : Il était chargé de la dissimulation. Et, en fait, tous les autres ont été payés. Et de façon importante avec les millions de dollars financés par Tony Fauci et son organisation, le NIAID [Institut national des allergies et des maladies infectieuses].

 

Les enquêteurs qui ont commis la fraude sont toujours payés à grande échelle par le NIAID à ce jour. Orateur : « Et le monde entier écoute ses conseils sur la manière de faire face à cette pandémie actuelle. »

 

I: Comment savons-nous que ce qu'il dit, c’est ce que nous devons apprendre ?

M : Ce qu'il dit, c'est de la propagande absolue et le même genre de propagande qu'il utilise depuis 1984 pour tuer des millions de personnes. Clip vidéo : Fauci : Grâce à cette étude, nous savons très clairement que le retard de progression sera nettement plus important que chez les personnes qui ne prennent pas le médicament.

 

M : Cela a vraiment commencé quand j'avais 25 ans. Je faisais partie de l'équipe qui a isolé le VIH dans la salive et le sang de patients de France, où Luc Montagnier avait initialement isolé le virus. Il s'agissait d'une étude de confirmation. Mais Thony Fauci et Robert Gallo ont travaillé ensemble à l'époque pour détourner l'histoire d'une manière différente. À ce moment-là, le Dr Ruscetti n'était pas en ville. Anthony Fauci a dit : « Nous savons que vous avez un document papier, et nous voulons en avoir une copie. » Et j'ai dit : « Oui, il y a un document papier et il est confidentiel. Et non, je ne vais pas vous en donner une copie. » Il s'est mis à me crier dessus. Puis il a dit : « Donnez-nous le document tout de suite ou vous serez renvoyée pour insoumission ! » Et j'ai juste dit : « Je suis sûre que quand le Dr Ruscetti reviendra, vous pourrez parler avec lui. » Et alors Frank revient, quelques semaines plus tard, et il est réellement harcelé pour donner le document à Fauci.

 

Fauci retarde la publication du journal de plusieurs mois, et Robert Gallo écrit son propre journal et en récolte toute la gloire. Et bien sûr, il y a les brevets.

 

Ce retard dans la confirmation a littéralement provoqué la propagation du virus, tuant des millions de personnes. Extrait de film : Peut-être que personne n'a mieux exprimé la peur du sida que l'écrivain new-yorkais Larry Kramer. Mais il était encore plus en colère contre le gouvernement fédéral et l'industrie pharmaceutique. Une des personnes qui a été cible de la colère de Kramer est le Dr Anthony Fauci du National Institute of Health.

 

M : Ça me bouleverse encore de penser qu'en 1999, je ne savais pas que mon travail était quelque chose qui avait été zappé. Depuis 1982 et 1983, où le virus a été isolé, il n'a pas fallu attendre 1984 pour que le virus soit confirmé. Imaginez combien de personnes, tout le continent africain a perdu une génération, quand le virus a été répandu partout à cause de l’arrogance d’un groupe de personnes. Parmi eux se trouve Robert Redfield, qui, avec Tony Fauci, est maintenant à la tête du CDC.

 

Ils ont travaillé ensemble pour récolter la gloire et gagner de l'argent. Et ils avaient les brevets sur ce produit et ils les ont adaptés à la thérapie IL-2, qui était absolument la mauvaise thérapie. Et si cela n'était pas arrivé, des millions de personnes ne seraient pas mortes du VIH.

I : Comment un homme qui donne… ou n’importe quelle personne qui donne des conseils en matière de santé mondiale peut-il avoir un brevet sur la composition d’un vaccin ? Ne s'agit-il pas d'un conflit d'intérêts ?

 

M : Il s'agit bien d'un conflit d'intérêts et, en fait, c'est l'une des choses que j'ai dites et que je voudrais dire au président Trump : abrogez la loi Bayh-Dole. Clip vidéo : Bayh-Dole a fondamentalement changé la façon dont les universités abordent le transfert de technologie. Et c’est dans les statistiques que ça se voit le mieux. Les universités reçoivent aujourd'hui seize fois plus de brevets qu'en 1980, et maintenant on accorde plus de brevets à tout le monde. Cependant, la part des universités dans l'ensemble des brevets aux États-Unis est plus de cinq fois supérieure à ce qu’elle était avant Bayh-Dole. La situation est devenue si mauvaise qu'un responsable de l'industrie des technologies de l'information a publiquement qualifié les universités, je cite, de « droguées au crack ». Poussées par (je cite) « des bureaux de transfert de technologie à l'esprit étroit, accros aux frais de licence de brevet ».

 

M : Cette loi a donné aux employés du gouvernement le droit de breveter leurs découvertes. Donc, c’est réclamer la propriété intellectuelle pour des découvertes que le contribuable a payées. Comme ça s'est produit au début des années 1980, ça a détruit la science et ça a permis à ces conflits d'intérêts de se développer. Et c'est un crime, de laisser quelqu'un comme Bill Gates avec ses milliards de dollars…

 

Personne ne l'a élu, il n'a pas de formation médicale, il n'a pas d'expertise. Mais nous laissons ces gens avoir une voix dans ce pays. Alors que nous détruisons la vie de millions de personnes. Bill Gates : « La normalité ne reviendra pas tant que nous n'aurons pas vacciné l'ensemble de la population mondiale. »

 

I : Si nous rendons les vaccins obligatoires dans le monde entier, ces personnes qui possèdent ces vaccins, à mon avis, gagneront des centaines de milliards de dollars.

 

M : Et ils vont tuer des millions de personnes ! Comme ils l'ont déjà fait avec leurs vaccins. Il n'existe actuellement aucun vaccin au programme qui fonctionne contre un virus à ARN quel qu’il soit.

 

I: Alors, je dois vous demander, êtes-vous contre les vaccins ? M : Oh, absolument pas. Le vaccin est en fait une immunothérapie. Tout comme l'interféron-alpha est une immunothérapie. Je ne suis donc pas contre les vaccins. Mon travail consiste à développer des immunothérapies. C'est ce que sont les vaccins.

 

I : Croyiez-vous que ce virus a été créé dans un laboratoire ?

 

M : Je n’utiliserais pas le mot créer. Mais on ne peut pas dire qu’il s’est développé naturellement s’il a été développé en laboratoire. Il est donc très clair que ce virus a été manipulé. Cette famille de virus a été manipulée. Et examiné en laboratoire en amenant les animaux au laboratoire. Et c'est ce qui a été libéré. Que ce soit intentionnellement ou non. Cela ne peut pas se faire naturellement. Quelqu'un n'est pas allé au marché chercher une chauve-souris.

 

Le virus n'est pas passé directement à l'homme, cela ne fonctionne pas comme ça. Il s'agit d'une évolution accélérée du virus. S'il s'agissait d'un événement naturel, il faudrait jusqu'à 800 ans pour qu'il se produise. Dans le cas du SRAS-1, cela s'est produit en l'espace d'une décennie. Ce n'est pas un événement naturel.

 

I : Et avez-vous une idée de l'endroit où cela il a eu lieu ?

 

M : Oh oui, je suis sûre que cela s'est passé entre les laboratoires de Fort Detrick en Caroline du Nord, l'Institut de recherche sur les maladies infectieuses de l'armée américaine et le laboratoire de Wuhan. Clip vidéo : 3,7 millions de dollars sont passés des National Institutes of Health ici aux États-Unis au laboratoire de Wuhan en Chine. Ce même laboratoire dont beaucoup de gens ont dit que cette infection par le coronavirus provenait de là.

 

I : Nous savons maintenant aussi que le NIAID [(NIAID) ou Institut national des allergies et des maladies infectieuses, est l'un des 27 instituts et centres qui composent les National Institutes of Health, une agence du ministère américain de la Santé et des Services sociaux] , le département affilié à l’Institut national de la santé et dirigé par le Dr Anthony Fauci, a mené dans le passé des expériences avec le coronavirus dans le laboratoire de Wuhan. Si le Dr Anthony Fauci ne peut pas être honnête avec le public sur son lien avec ce laboratoire, alors Fauci doit partir.

M : En 1999, j'ai travaillé à l'USA-RIID à Fort Detrick. Et mon travail consistait à apprendre à Ebola comment infecter des cellules humaines sans les tuer. Ebola ne pouvait pas infecter les cellules humaines jusqu'à ce que nous l'amenions aux laboratoires et que nous le lui apprenions.

 

I : Il est difficile d'ignorer le nombre de morts, des gens sont morts et ils en meurent dans des proportions alarmantes. Comment concilier ces chiffres ?

 

M : C'est assez facile quand vous voyez ce que le gouvernement a fait et qu'ils y ont cité le Dr Birx : « Nous avons adopté une approche très libérale de la mortalité ». Si mon mari, qui est atteint de BPCO ( bronchopneumopathie chronique obstructive) , ses poumons sont atteints de fibrose, s’il décédait, ses poumons auraient théoriquement la même apparence que ceux d'une personne atteinte de Covid-19. Mais il ne présente aucun signe d’infection.

 

Donc, si on ne fait pas de tests et qu'on ne présente aucun signe d'infection, et si on était hospitalisé aujourd'hui, ils diraient que vous avez le Covid-19 ; c'est ce que nous disent les médecins et les infirmières que ça contrarie.

 

I : J'ai vu tant de médecins sur Internet faire leurs propres vidéos par webcam : ils étaient stupéfaits devant le protocole que le CDC (centre de contrôle des maladies) leur avait donné. Extraits de films : Vendredi dernier, j'ai reçu un document de sept pages, dans lequel on me disait, pour ainsi dire, que si j'avais une patiente de 86 ans qui souffrait d'une pneumonie mais n'avait jamais été testée pour le Covid-19, mais qu'à un moment donné après qu'elle ait contracté une pneumonie, nous apprenions qu'elle avait été exposée à son fils, qui ne présentait aucun symptôme mais qui a été identifié plus tard avec le Covid-19, qu'il serait approprié de diagnostiquer le Covid-19 sur le certificat de décès. Lorsque je rédige mon rapport de décès, on me pousse à ajouter Covid. Pourquoi est-ce ainsi ? Pourquoi sommes-nous sous pression pour ajouter Covid ? Peut-être pour augmenter les chiffres et faire paraître la situation un peu plus grave qu'elle ne l'est ! Je crois que c’est ça. Extrait de film : Pourquoi voudrait-on fausser le bilan des morts de Covid-19 ?

 

La peur est un bon moyen de contrôler les gens. Et parfois, la capacité des gens à penser par eux-mêmes est paralysée. S'ils ont assez peur, et ce n'est pas l'état dans lequel je veux que les gens soient. Je veux que les gens disent que nous allons nous en sortir. Je vais me servir de ma tête, je vais aller à différentes sources, j'écouterai différentes sources et je penserai par moi-même. Parce que c'est ça, l'Amérique. Dr. D. Birx : Si quelqu'un meurt avec le Covid-19, nous comptons cela comme un mort du Covid-19.

 

M : On ne meurt pas avec une infection, on meurt d'une infection.

 

I : J'ai parlé à des médecins qui ont admis qu'on les incitait pour qu'ils listent les patients qui ont contracté ou sont morts du Covid-19. M : Oui, 13 000 dollars de Medicare s'ils l'appellent Covid-19. Extrait de film : À l'heure actuelle, Medicare stipule que si vous avez une hospitalisation pour un cas de Covid-19, vous recevez 13 000 dollars. Si ce patient covid-19 est mis sous respirateur, vous recevez 39 000 dollars. Trois fois plus. M : Et avec un respirateur on les a tués parce qu'on leur a donné le mauvais traitement.

 

Extrait de film : Toutes ces choses qui n'ont pas de sens, les patients que je vois devant moi, les poumons que j'essaie d'améliorer, m'ont amené à croire que nous fonctionnons selon un paradigme médical qui n'est pas correct et je crains que ce traitement inapproprié n'entraîne des dommages énormes pour un grand nombre de personnes en très peu de temps.

 

I : Ma prochaine question concerne l'Italie ; j'aimerais savoir pourquoi l'Italie a été si durement touchée. M : L'Italie a une population très âgée. Ils sont très malades, avec des troubles inflammatoires.

 

Début 2019, ils ont reçu une nouvelle forme de vaccin antigrippal non testé qui contenait quatre souches de grippe différentes, dont la grippe H1N1 hautement pathogène. Ce vaccin a été cultivé sur une lignée cellulaire de chien. Les chiens ont beaucoup de coronavirus et donc ces vaccins ne sont pas testés là-bas, vous pourriez simplement dire « Oh, c'est ça ».

 

Extrait de film : Alors que le pays commence à se remettre du pire de l'épidémie de coronavirus, la question demeure : Qu’est-il arrivé à l’hydroxychloroquine ? Nous savons que l'hydroxychloroquine et le zinc sont excellents pour les patients. Et Fauci arrive et dit : « Il n'y a pas eu d'étude placebo contrôlée en double aveugle. » À propos, Dr Fauci, y aura-t-il une étude placebo contrôlée en double aveugle pour votre vaccin ? Y en aura-t-il ?

Extrait de film : Dans une enquête à laquelle ont participé près de 2 300 médecins dans une trentaine de pays, l'hydroxychloroquine a été classée comme le médicament le plus efficace contre le virus.

 

M : L'AMA a déclaré que les médecins perdraient leur licence s'ils utilisaient de l'hydroxychloroquine, un médicament antipaludique. Il figure sur la liste des médicaments essentiels dans le monde entier depuis 70 ans.

 

Le Dr Fauci appelle ça des données anecdotiques. Ce n'est pas un conte de fée quand on a des milliers de pages de données qui disent qu'il est efficace contre cette famille de virus. Ce sont des médicaments essentiels et ils les empêchent d'atteindre les gens, non seulement maintenant mais depuis notre découverte, même dans le cas de l'autisme. Il y avait un ancien médicament antiviral, un médicament centenaire appelé Sermon, sur la liste des médicaments essentiels (LME). Il a littéralement donné aux enfants autistes une voix, une vie.

 

Qu'ont fait Bayer et Monsanto ? Ils l'ont pris à tout le monde, actuellement vous ne pouvez pas en obtenir pour sauver votre vie. Et nous avons essayé, croyez-moi, nous avons essayé par tous les moyens possibles.

 

Donc, quand vous retirez un médicament du marché... - et pas seulement l'OMS, la FDA et le CDC, Anthony Fauci a tout supprimé. Il faut que ça cesse.

 

Nous aurons à nouveau un monde sain, et nous aurons des tonnes d'argent. Parce que nous pouvons prendre tout l'argent qu'ils tirent de leurs brevets et le donner aux victimes de ce fléau de la corruption.

 

I : Peut-on dire que tout ce qui ne peut être breveté a été délibérément arrêté parce qu'il n'y a aucun moyen d'en tirer profit ? S'agit-il de remèdes naturels que nous avons toujours eus ?

 

M : Absolument, on peut dire ça. Et c'est exactement ce qui se passe avec le Covid-19. Le jeu consiste à arrêter les thérapies jusqu'à ce que tout le monde soit infecté, et à promouvoir les vaccins.

 

Sachant que les vaccins antigrippaux augmentent de 36 % les risques d'attraper le Covid-19.

 

I : D'où viennent ces données ?

 

M : D'une publication de l'année dernière dans laquelle il est dit que les militaires qui avaient été vaccinés contre la grippe étaient plus sensibles au coronavirus. Les coronavirus sont présents dans tous les animaux, donc si vous avez déjà reçu un vaccin contre la grippe, vous avez été infecté par un coronavirus et vous avez ensuite reçu un masque.

 

Extrait de film : Ça n'a pas de sens, dans une situation aiguë, nous portons un masque pour nous protéger. Nous ne portons plus de masques maintenant, comment ça se fait ? Parce que nous comprenons la microbiologie. Nous comprenons l'immunologie et nous voulons des systèmes immunitaires forts.

 

Notre système immunitaire est habitué au contact, nous partageons des bactéries, des staphylocoques, des streptocoques, des virus. Nous développons une réponse immunitaire à ce genre de choses tous les jours. Si vous enlevez ça, votre système immunitaire s'affaiblit.

 

Mon système immunitaire qui est une protection locale, s'affaiblit. S'ils me gardent là pendant des mois, ça diminue encore plus, et maintenant je suis à la maison, à me laver les mains, à laver les plans de travail vigoureusement et à me préoccuper des choses dont j'ai besoin pour survivre. Vous n'avez pas de déficience immunitaire et vous n'êtes pas vieux.

 

Vous devriez pouvoir sortir sans gants et sans masque. Je pense que si on fait ces choses, soit installer un espace protégé, soit porter un masque et des gants… je ne pense pas que tout le monde soit obligé de porter un masque et des gants car ça réduit la flore bactérienne.

 

Ça ne vous permet pas d'interagir avec la société pour échanger vos bactéries, votre flore et vos virus. À la fin vos amis qui vous protègent d'autres maladies disparaissent et vous avez plus de risques de contracter une infection opportuniste.

 

Des infections qui espèrent que vous ne laisserez pas vos bonnes bactéries se battre pour vous, c'est logique. Et puis nous sortons tous d'une protection avec un système immunitaire plus faible et nous commençons à nous confronter aux virus et aux bactéries.

 

Que pensez-vous qu'il va se passer, les maladies se propageront plus facilement. Je vous garantis que si nous rouvrons le pays, il y aura une énorme, énorme quantité de maladies qui séviront. Les éléments constitutifs de votre système immunitaire sont les virus et les bactéries, fin de l'histoire.

 

M : Lorsque vous portez un masque, votre propre virus est littéralement activé. Vous allez tomber malade à cause de votre propre coronavirus réactivé et s'il s'agit du COV-2 du SRAS, alors vous avez un gros problème.

I : Vous n'êtes pas la première virologue à me dire que nous faisons exactement le contraire de ce que nous devrions faire pour contenir le virus et créer une immunité contre ce virus.

 

M : Pourquoi devrions-nous interdire les plages ? Il y a une diversité de composition du sol et du sable. Il existe des microbes curatifs dans l'océan, dans l'eau salée. C'est de la folie.

 

I : Cette institution qui pollue notre environnement et notre corps. Il y avait un temps où ils devaient mener leurs propres batailles. Mais ils ont tellement bien réussi à manipuler les masses, que maintenant, ce sont d'autres personnes qui font taire leurs semblables. Et les grandes plateformes technologiques suivent le mouvement et ferment tout. Dans ce pays libre, plus aucune contre voix n'est autorisée et je n'aurais jamais cru que je vivrais cela un jour.

 

M : Je n'accepterais pas non plus ce que j'ai vécu depuis 2011. Il est incompréhensible qu'une société puisse être trompée de la sorte. Que le genre de propagande qui se poursuit là ne fait que nous pousser à nous haïr les uns les autres. Espérons que c'est un signal d'alarme pour que toute l'Amérique se rende compte que cela n'a pas de sens. Et que nous gagnerons, car avec de telles informations cela fera tomber tout le programme. Et pour moi, la grande nouvelle, c'est que les médecins se réveillent et disent « Attendez une minute » : Clip vidéo : « Vous, les médecins, qui regardez ça, et vous êtes nombreux à le faire en ce moment, pourquoi vous n’élevez pas votre voix ?

 

Je suis ici pour vous défendre, je suis ici pour défendre mes libertés, je suis ici pour défendre les libertés de ma famille, les droits de mes patients à décider de ce qu'ils veulent faire de leur vie. Je suis juste choqué qu'il n'y ait pas plus de médecins comme moi qui en parlent partout. Nous devrions nous regrouper maintenant. Vous devez vous réveiller parce qu'on vous enlève vos libertés et tout ça à cause de fausses nouvelles qui circulent. Ce n'est pas bien ! Les gens devraient aller en prison pour cela !

 

M : Ce ne sont donc pas les scientifiques qui sont de quelque manière que ce soit malhonnêtes. Ils écoutent des gens qui, depuis plus de 40 ans, contrôlent qui est financé, qu’est ce qui est publié. Et je suis désolé de dire que beaucoup, beaucoup de gens vont simplement prendre l'argent et la célébrité et soutenir des choses qui ne sont absolument pas vraies.

 

I : Que dites-vous aux professionnels de la santé qui commencent à peine à se rendre compte de l'ampleur de la tromperie qu'ils ont subie et du serment qu'ils ont prêté de ne pas faire de mal ?

 

M. : Je dis : Pardonnez-vous vous-mêmes ! Il est plus difficile pour nous tous de réaliser que nous avons étudié et appris avec les meilleures intentions ce que nous pensions être la vérité. Nous n'avions aucune idée si les données qu'on nous avait communiquées étaient vraies ou non. Nous avons simplement été enseignés et avions une science totalement différente dans nos écoles.

 

Vous n'êtes pas financé si vous ne suivez pas la ligne du parti : vous n'êtes pas publié. C'était probablement la chose la plus difficile. Ce avec quoi j’ai eu le plus de mal, c'était de comprendre que les revues scientifiques avaient tordu les découvertes qui auraient dû guérir tout le monde. Femme à une conférence : « Alors que la communauté scientifique a eu le courage de répondre à la question de savoir si ces maladies pouvaient avoir été causées par elles-mêmes. Merci. »

 

M. : « Donc, ce que nous avons fait depuis que je suis sortie de prison, c'est créer une entreprise d'éducation. Nous réveillons les médecins, et c'est très difficile, mais tout médecin qui a réalisé qu'il faisait peut-être partie du problème fait maintenant chemin inverse pour marcher vers une société meilleure et restaurer la foi dans la promesse d'Edison. C'est tout ce que nous pouvons faire ».

 

I : « Eh bien, Dr Mikovits, merci beaucoup pour le temps accordé. C'était un grand honneur d'être assis ici avec vous et je tiens à vous remercier tout particulièrement pour votre courage. »

 

M : « Je vous remercie. Je sais apprécier cela. »

 

Antony Fauci Université de Georgetown 2017 : « A la pensée que nous sommes maintenant à quelques jours d'un nouveau gouvernement, puisque, comme vous l'avez entendu dans l'introduction, j’ai eu l’occasion de servir dans cinq gouvernements et je suis là depuis un certain temps, j’ai pensé apporter cette perspective aujourd'hui à la question de se préparer à une pandémie. Et s'il y a un message que j’aimerais vous transmettre aujourd'hui, c'est qu'il y aura sans aucun doute une épidémie surprise. Ce dont nous sommes extrêmement sûrs, c'est que nous allons voir cela dans les années à venir. Je vous remercie. »

de ch/ls

 
 
Cristalain.

Partager cet article

Repost0

commentaires

zamicel 12/08/2020 11:20

Mais l'OMS n'a-t-elle pas dit qu' il fallait se méfier d'un vaccin (russe) ?
Le plus sage est de se méfier de tous les vaccins.
Je suis certain que c'est ce que ça annoncer l'OMS.